AMANITE VIREUSE

Identifiez vos amanites
5.2

AMANITE VIREUSE

Amanita VIROSA
Fréquence 
Très fréquent
Moyen à très grand
Taille
Habitat
La plus abondante et la plus répandue des amanites mortelles et ce jusque loin dans la forêt boréale; dans tous les habitats et sur les pelouses où des arbres sont présents. Probablement celle qui atteint la plus grande taille. Principalement de la mi-août à la mi-septembre.
Fructification
Fructifications entièrement blanches. Probablement celle qui atteint la plus grande taille. Port robuste et fructifiant souvent en talles.
Chapeau
Chapeaux blancs, lisses, nus. Réaction positive au KOH et NAOH.
Marge du chapeau
Unie, parfois appendiculée.
Lames
Libres, serrées, avec des lamellules tronquées, à arrêtes flocconeuses.
Pied
Fibrilleux, méchuleux, largement bulbeux, le bulbe atteignant parfois les 4 cm de diamètre, bulbe en forme d’oignon ou marginé applati.
Ornements du pied
Les restes du voile secondaire à l’anneau, sont généralement bien visibles sur le pied, ais il arrive qu’il n’en reste que des traces ou rien du tout. La volve qui entoure le pied devrait toujours être présente, car il s’agit d’un critère important pour identifier les amanites; mais il arrive qu’elle soit très peu visible et qu’il n’en reste que des traces.
Chair
Blanche, immuable.
Signature chimique
Toutes les parties des fructifications deviennent jaunes en présence du KOH ou du NAOH. C’est le moyen le plus fiable pour la distinguer de l’amanite à grand voile. On note que le FeSO4 donne une teinte beige pâle.
Inaccurate
Cette amanite aux lames couleur saumonnée a été identifiée par M. Roland Labbé et Mme Renée Leboeuf comme étant une vieille amanite vireuse. Elle a été photographiée à La Tuque, Qc. le 25 août 2016.
Commentaires 
Une intoxication à l’amanite vireuse (et les espèces qui lui sont apparentées) est toujours très grave, car les symptômes apparaissent six heures après la consommation et le poison s’est déjà introduit dans l’organisme. Aujourd’hui, avec un traitement approprié, les personnes n’en meurent pas, mais des séquelles graves sont permanentes. Dès qu’on est en présence d’un champignon entièrement blanc, une lumière danger mortel doit s’allumer. Même si plusieurs auteurs répètent qu’il n’y a aucun champignon toxique dans la forêt boréale, l’amanite vireuse est présente loin vers le nord, probablement jusqu’à la limite des arbres. Lorsqu’une excursion est organisée en fin d’été, presque tous les participants reviennent avec des amanites vireuses dans leurs paniers. Pendant cette période, des personnes font le tour de leur village pour enlever les amanites vireuses des pelouses afin d’éviter qu’il y ait des empoisonnements chez les enfants.
Photos supplémentaires 
Pour plus d'information